Dans notre série d’exploration du folklore, des mythes et légendes de la culture germano-scandinave, nous retournons aujourd’hui explorer le bestiaire des vikings. Parmi les bêtes et autres monstres, il en est qui sont aussi populaires que fascinants : les dragons.

Ce sujet étant pour le moins généraliste, nous nous centrerons ici uniquement sur les dragons dans la mythologie nordique. Vous retrouverez ici l’histoire de dragons célèbres comme Jörmungand et Nidhögg. On retrouve en effet ce type de monstre dans la quasi-totalité des cultures humaines et ces animaux légendaires ont occupés toutes les mythologies (gréco-romaine, égyptienne, perse, chinoise, hébraïque, slave…) pour incarner les forces destructrices de la nature.

Créature irrationnelle, effrayante tout autant que fascinante, le dragon en tant que reptile incarne la puissance de la terre. Sa force brute est généralement associée à une grande intelligence. Parfois même on leur prête une sagesse notable et à une faculté de ruse redoutable.

Si la culture populaire à largement démocratisé l’image du dragon gigantesque, pourvu d’ailes et apte à cracher du feu, il existe en réalité dans les récits de multiples formes de dragons très différents. Il convient par exemple de rappeler que le terme dragon venait du mot « drakon » en grec ancien renvoyant au serpent (ce qui fait que la mythologie grecque associe plutôt des créatures comme l’hydre aux multiples têtes à un « dragon »).

tête de dragons à la proue d'un navire viking

Le peuple des navires dragons 

Parmi les représentations reptiliennes qui ont marqué les esprits, on retrouve les figures de proue des navires vikings. Plus que pour effrayer les populations chrétiennes d’Europe, leur but était à l’origine essentiellement de protéger les hommes à bord des dangers de la mer. Les écrits chrétiens d’occident évoque les navires dragons de ces envahisseurs. Il faut toutefois nuancer ces propos, leur animosité leur ayant fait exagérer de nombreux faits qui s’avèrent sans fondement historique. De ces figures est d’ailleurs héritée la fausse croyance voulant que les navires vikings soient nommé « Drakkar » en référence au terme « dreki » du vieux norrois. Si vous avez déjà lu notre article sur les 5 erreurs à ne plus faire sur les vikings vous savez déjà que le terme drakkar est une invention française du XIXe siècle et n’a jamais été utilisé par les vikings pour désigner leurs bateaux.

Les dragons dans la mythologie nordique

Dans les cultures germano-scandinaves et chez les saxons (proche sur le plan ethnique autant que culturel), la fascination pour les serpents et dragons était également importante. L’archéologie nous a en effet permis de retrouver de nombreuses représentations datant de l’ère Viking de ces créatures sous forme de figurines de fer ou de bronze.

Les liens entre les dragons et la mythologie nordique sont étroits. En effet, Odin se transforme lui-même en l’une de ces bêtes pour obtenir l’hydromel qui inspirera les poètes. Il n’est donc pas étonnant que les hommes païens de cette époque aient confectionnés des amulettes à l’effigie de dragons. Elle avait un rôle de protection ou étaient symbole de renaissance après la mort. Ils sont un motif récurrent sur les pierres runiques comme dans l’architecture, et ce même après la christianisation des vikings. Loin de représenter le démon comme on pourrait le penser, on retrouve des sculptures de dragons sur des églises norvégiennes du XII et XIIIe siècles pour en protéger les fidèles (à Lom, Borgund et Urnes par exemple).

Dans la culture scandinave, on distingue 3 formes de dragons :

  • L’orm, le serpent géant (un simple serpent = snekke)
  • Le Linn, le dragon
  • Le dreki, un reptile volant

Des créatures correspondant à un mélange de ces trois formes sont toutefois courantes. Dans tous les cas, la plupart de ces créatures sont évoquées dans les récits comme des menaces qu’il faut combattre.

Thor combattant Jormungand, considéré comme l'un des dragons de la mythologie nordique

Des dragons et des dieux

Parmi les dragons et serpents célèbres de la mythologie nordique, on retrouve principalement le serpent géant Jörmungand et le dragon Nidhögg du Niflheim. Ces créatures incroyables sont dotées de forces démesurées que même les dieux ne parviennent à contrer qu’au prix de leur vie.

Jörmungand, le terrible serpent de Midgard

Jörmungand, le serpent de Midgard, fils de Loki et de la géante Angraboda. Cette créature qui sème le chaos et le désordre engendre de grands dégâts et une terreur sans pareil. Odin missionna alors Thor, son fils, de le débarrasser du serpent. Jörmungand dans l’océan qui sépare Midgard (le monde des hommes) et Jotunheim (le monde des géants) … où il continuera de grandir jusqu’à devenir géant lors du Ragnarök. Là, il affronte Thor qui est responsable de son exil.

Dans l’Edda en prose de Snorri Sturluson (1179-1241), on retrouve une mention de Jörmungand qui « se démena si violement que les deux poings de Thor se brisèrent en heurtant le bord de l’embarcation. Furieux, le fils d’Odin tira si puissamment sur la ligne qu’il passe à travers la coque du bateau. C’est depuis le fond de l’océan qu’il réussit finalement à ramener le serpent à bord. Il faut arrêter là le récit pour préciser la chose suivante : celui qui n’a pas vu la façon dont Thor cloua ses yeux dans celui du serpent, ainsi que la manière dont celui-ci lui cracha son venin, ne connait pas la véritable signification du mot terreur. L’histoire raconte que Hymir devint pale comme la mort lorsqu’il vit le serpent pénétrer, puis sortir du bateau. »

Paniqué, le géant Hymir qui accompagnait Thor à la pêche, a coupé la ligne. Il permet alors à Jörmungand de repartir dans les profondeurs de l’océan. On peut voir une représentation de cette scène sur plusieurs pierres grâce à l’archéologie. Par exemple, la croix de Gosforth datée du Xe siècle, en Angleterre, représente cette scène de pêche.

pierre de gosforth représentant Thor et Jormungand (dragons nordiques)

Nidhögg, le dragon funeste

Dans l’Edda poétique, on découvre l’histoire de Nidhögg « enragé mordant » « celui qui frappe avec férocité » vivant entre les racines de l’arbre monde Yggdrasil, dont le foyer est Niflheim (le monde des brumes).

« Le frêne Yggdrasil endure plus de tourments

Que ne soupçonnent les hommes

Les cerfs le broutent en haut, son tronc pourrit

Nidhögg le ronge en bas. »

Grimnismal, Edda Poétique
nidhogg rongeant les racines d'yggdrasil

Le dragon nidhögg « aspirait les cadavres » du Niflheim dans le poème de la Völuspa est un présage sinistre de mort et de désolation. Au terme du Ragnarök, il plane sur le champ de bataille comme une funeste conclusion au désastre venant de s’achever. 

« Volant bas depuis Nidafiol, le ténébreux dragon, le fulgurant reptile ;

Les plumes de Nidhögg – planant au-dessus de la plaine – vont, remplies de morts ».

Découvrez d’autres mythes autour des dragons dans cet article sur le dragon Fafnir et les tueurs de monstres Sigurd et Beowulf !

Connaissiez-vous ces dragons nordiques ? Quelles histoires autour de dragons célèbres connaissez-vous ?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles recommandés

6 commentaire

  1. Super article ! J’adore lire des sujets liés à la mythologie ; surement mon âme d’enfant. Maintenant, j’en connais un peu plus sur les dragons de la mythologie nordique. Merci !

  2. Thomas V. a dit :

    Article très intéressant et complet sur ce sujet qui semble regroupés tant de fantasmes au point que l’on ne sache plus forcément si les sources historiques qui mentionnent ces histoires sont réelles ou imaginaires. J’ai découvert quelques subtilités que j’ignorais sur ces mythes nordiques, merci pour ce travail de vulgarisation très accessible.

  3. J’aime beaucoup lire sur les différentes mythologies au travers le monde et particulièrement les dragons … Je n’en ai pas connus personnellement 😉 mais ai côtoyé leur effets et significations lorsque je vivais en Chine. Très intéressant pour moi de pouvoir apprendre sur les dragons nordiques qui finalement ne sont pas si éloignés de ceux que j’avais découvert de l’autre cité du globe …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :