Sortons des stéréotypes, il m’a semblé important aujourd’hui de répondre à la toute première question. C’est quoi “être païen” au XXIe siècle ? Loin du fantasme de marginal vivant seul dans la forêt, il existe de multiples formes de paganisme. Mais soyez rassurés, la plupart sont compatibles avec notre société moderne ! Il s’agit même de modes de vie alternatifs plus courant qu’ils n’y paraissent.

Temple païen scandinave, les lieux de culte viking sont de magnifiques constructions d'architecture. Des lieux incontournables à visiter pour découvrir l'histoire et les traditions païennes.

Le paganisme, une histoire de traditions

Si on se limite à la définition classique (du dictionnaire ou selon wikipedia), le paganisme fait référence aux religions pré-chrétiennes de l’Antiquité. Pourtant, le paganisme est avant tout une histoire de traditions anciennes très variées. Aujourd’hui, il est plutôt considéré comme courant “New Age”. Ce que l’on considère comme le Neo Paganisme ne manque néanmoins pas de légitimité.

L’Asatrù, une forme de paganisme inspirée des vikings

En effet, l’Asatru est reconnue comme une religion à part entière en Islande ou au Danemark. Il s’agit de communautés cherchant à faire revivre les religions polythéistes existant avant la christianisation du continent. L’Asatru, littéralement “la foi en les Ases”, se construit autour du panthéon nordique. C’est à dire, autour d’Odin et autres dieux vivants à Asgard. Il s’agit donc d’une forme de “religion viking” moderne. Ce courant voit des branches de pratiquants se développer partout en Europe, y compris en France. Pour en savoir plus sur l’Asatrù, vous pouvez consulter notre article dédié ici.

Au delà de l’Asatru d’autres mouvements et croyances peuvent être englobés dans le terme “païen”. Ce sont principalement des courants qui se base sur le culte de la Nature, du Sacré voire du Cosmos. On peut intégrer comme païen les pratiquants de la Wicca, quelques adeptes d’ésotérisme, de tarologie, de sorcellerie moderne… Mais cela concerne aussi des écologistes convaincus !

Des païens avec ou sans dieux

Les pratiquants peuvent se rattacher à des divinités spécifiques (Hécate, Cernunnos, Odin et divinités nordiques, panthéon grec, celte, égyptien…). Tout comme ils peuvent ne croire en aucune divinité, le paganisme n’étant pas une religion à proprement parlé. Souvent, ils se rattache simplement à une entité plus abstraite qui se matérialiserait comme la Nature en général. Les traditions sont donc plus importantes que les croyances à proprement parlé.

Il est plus facile de “croire” en la Nature, car elle existe matériellement. Elle nous entoure, nous permet de vivre, de nous nourrir… personne ne pourrait dire le contraire.

Différence néo-païen, sorcellerie et Wicca

Parmi ceux qui se revendiquent païen aujourd’hui, on retrouve trois tendances majoritaires : les néo-païens, les wiccans et les “sorcières”. La frontière semble parfois mince entre ces termes et les confusions sont fréquentes. Il s’agit pourtant bel et bien de formes distinctes de paganisme moderne.

N’avez-vous jamais cherché à vous échapper de cette société du consumérisme à outrance ? Trouvez-vous que tout va trop vite ? Vous avez besoin de retrouver le rythme des saisons ? Ne vous reconnaissez pas dans les traditions chrétiennes qui imprègnent notre société ? Vous cherchez à vous retrouver et vous sentir pleinement épanoui selon vos propres croyances ? Peut-être avez vous déjà une sensibilité néo-païenne sans en avoir conscience !

Selon les dernières estimations, le néopaganisme déclaré concerne pas moins d’1 000 000 de personnes en 2020. Il ne s’agit donc pas d’une tendance si marginale qu’on pourrait le croire !

Le terme païen vient du latin “paganus” qui désigne aujourd’hui toute croyance “magique”, polythéistes ou pratique chamanique. Ces croyances sont distinctes des 3 religions du livre (christianisme, islam, judaïsme) car leur mode de transmission était essentiellement oral. Le paganisme s’inspire surtout de la nature, et les interprétations sont aussi nombreuses que les pratiquants ! Le païen n’est donc pas forcément adepte de sorcellerie ou de la Wicca.

statue de la déesse de la fertilité vénérée par certains païen de tradition celte ou de la Wicca.

Les néo-païens, des militants ?

Les néo-païens adaptent ces traditions majoritairement agricoles à nos vies modernes. Ainsi, célébrer la fertilité n’est plus seulement célébrer les récoltes de la terre, mais aussi ses projets et sa vie personnelle. Malgré des systèmes de groupes et de clans aux origines, la pratique est souvent solitaire de nos jours.

Les croyances s’apparentent à des formes de militantisme : la puissance de la nature en font des écologistes modernes, la recherche d’un équilibre créé des humanistes convaincus, et ces pratiques sont souvent empreintes de féminisme. Quoi de plus redoutée à travers l’Histoire que la figure de la sorcière, femme puissante, libre et indépendante ?

L’importance de l’intuition est centrale, mais les païens d’aujourd’hui suivent comme leurs ancêtres la roue de l’année et ses célébrations majeures. Découvrez la roue de l’année et toutes ses fêtes païennes dans cet article.

De plus, une des caractéristiques du paganisme est son absence de prosélytisme : on rencontre peu de païen car aucun ne cherchera jamais à vous convaincre de le devenir. Pas même moi par ses mots ! Le païen ne “recrute” pas, il accueille ceux qui font la démarche de venir d’eux-même à ces traditions.

Et la Wicca dans tout ça ?

La Wicca est une religion démocratisée dans les années 1940 par Gerald Gardner, et beaucoup plus large de nos jours. Les wiccans vont vénérer le dieu cornu et la déesse de la fertilité. On distingue le terme de sorcellerie de la Wicca car cette dernière est une religion normée (avec comme règle fondamentale de ne pas faire de mal à autrui). La sorcellerie renvoie plutôt à des païens qui estiment pratiquer la magie, la plupart du temps dans un but de guérison ou de protection. On peut donc avoir une “pratique magique” sans pratiquer une religion.

Ces pratiques dites magiques (que l’on y croit ou non) tournent autour des énergies de la nature. Plantes, lune et planètes, pierres et saisons… On peut tout aussi bien parler de naturopathie, d’herboristerie et de lithothérapie ! Divination et astrologie sont également couramment pratiquées.

Ces quelques pistes sont des ébauches de définitions mais sont loin d’être des cadres stricts. Suivez votre intuition, votre ressenti et vos affinités !

Vous pouvez retrouver un article très complet sur la différence entre paganisme, wicca et sorcellerie sur le site de Mystic Moon.

Autel païen, souvent utilisé par les sorcières. Les bougies et les os sont des objets récurrents dans la pratique.

La magie du quotidien d’un païen

Nous nous sommes lancé le défi de partager 1 an de pratique païenne au quotidien (vous pouvez retrouver l’article de ce challenge ici). Il nous a semblé nécessaire de commencer par cette étape de la définition.

Sasha et moi avons une sensibilité plus proche d’ l’Asatrù. Nous vous détaillerons tout ceci dans un article dédié prochainement. Je ne limite toutefois pas ma curiosité et mes recherches à mes croyances et mes pratiques quotidiennes.

Païens, mais pas marginaux !

Nous ne sommes pas des marginaux dans le sens où nous sommes parfaitement intégrés à notre société contemporaine. Je travaille comme enseignante d’Histoire-Géo, nous habitons dans une maison à la campagne, nous sommes adeptes de concerts et nous ne sommes pas réfractaires aux avancées scientifiques et technologiques. Nous apprécions autant nous habiller ou vivre des expériences “historiques” (cuisiner comme au Moyen-Âge, reconstitution d’époque, célébrations traditionnelles…) que profiter des bienfaits de la modernité. Aimer boire dans des cornes ne nous empêche pas d’avoir de la vaisselle à la maison !

Nous nous considérons comme païens et espérons vous montrer que c’est un mode de vie tout à fait accessible pour quiconque s’y retrouve. Personne ne nous a jamais interrogé ou jugé comme des marginaux. Je pense qu’il suffit de vivre en accord avec ses valeurs et de trouver sa propre “voie païenne”. Il n’est aucunement question de jouer un rôle ou d’appliquer de quelconques règles ou coutumes qui ne nous convienne pas.

Bon à savoir sur le site Bjarken

Attendez-vous donc à un contenu riche de réflexions et d’expérimentations sur ce blog. Vous retrouverez en effet des articles sur l’Asatrù, le folklore européen, l’Histoire médiévale, l’ésotérisme et la wicca… et bien plus encore. Cet espace d’échange est aussi le votre. Alors, n’hésitez pas à me partager vos propres croyances ou expériences !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager
  •  
  •  
  •  
  •  

Articles recommandés

8 commentaire

  1. Yoko de Nantes a dit :

    Intéressant article où j’ai appris beaucoup de choses, j’attends la suite avec une grande curiosité 🙂

  2. Il est toujours important pour moi de séparer pratiques religieuses et spirituelles en dissociant le dogmatisme et la rituelie de l’élévation de l’esprit et de sa connexion à l’Univers qui nous entoure. Soyons libre de croire et de vivre en harmonie avec émonde qui nous entoure afin d’en extraire notre raison d’être … voici comment je pourrais décrire mes croyances 😉

    1. Merci Eric pour ce commentaire très détaillé et pertinent sur tes propres croyances. Je pense également qu’il est sage de séparer dogme et croyances spirituelles personnelles. C’est un des aspects du paganisme qui me séduit particulièrement : chacun est libre de croire une partie seulement d’une histoire, d’adhérer a une tradition mais pas a une autre, de pratiquer certains rituels en les adaptant à sa propre voie… Un cadre existe, plus ou moins prégnant, mais tout nous invite à s’en saisir, en sortir pour s’élever et créer notre propre vision du monde.

    1. Merci pour ton avis ! C’est avec grand plaisir que je partagerai de nombreux articles et contenus plus axés sur la pratiques dans les semaines à venir. En espérant qu’ils soient tout aussi intéressants 😉

  3. Je retiens : femme puissante libre et indépendante, j’en suis une ou en devenir en tout cas. Le fait de s’interroger sur le monde, les bouleversements, la consommation à outrance fait écho en moi, serait ce du paganisme. Terme nouveau que je connaissais pas. Article très riche, je n’hésiterai pas à y revenir sur ce blog. 😉

    1. Le paganisme renvoie globalement aux traditions, cultures et folklores ancestraux qui imprégnaient toutes nos sociétés avant la christianisation de l’Occident. La place de la femme y était bien plus centrale et respectée par de nombreux aspects. Aussi dans nos sociétés modernes où l’on cherche a lutter contre ces formes d’oppressions, il n’est pas étonnant que l’on puisse revenir à certaines de nos racines. 🙂
      Au plaisir de te revoir pour de prochains articles !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :